Best of

Les meilleurs restos à la playa

Amis plagistes, fuyez les pâtées de table, les paillotes à paillettes et les chiringuitos craignos ! Pour vous régaler la langue et les tongs au bord de l’eau, suivez nos traces dans le sable chaud.

  • Date published
  • share

© La Cabane du Pêcheur

Le plus paillote : La Cabane du Pêcheur (photo)
Les pieds dans le sable, la main à portée du « vin de citron » de Ronca et la bouche pleine de tartare de chapon, de denti ou de saint-pierre servis avec toasts et mesclun… on n’est pas bien dans la paillote de Jérôme Poggi ? Ce matin, le patron pêcheur a taquiné le rouget (transformé en fish & chips) et la langouste. Laquelle finira grillée et servie avec pommes de terres à l’huile d’olive de Balagne, tartare de tomates, mayo montée au fumet de langouste et sauce au gingembre, ou en club-sandwich. Desserts (cheesecakes, millefeuille aux fraises…) et petits déj’ (jus centrifugés, pancakes, bacon…) plus amerloques. Le décor ? Des tables de pique-nique guillerettes, des couverts en bois, des canisses pour protéger du cagnard, et le golfe de Galéria plein les yeux !

Le plus secret : Le St Barth’
Même aux abords de l’étang de Thau, aucun panneau n’indique ce petit coin de paradis… Long ponton, cabane en bois flotté, reflets du soleil sur l’étang, vue sur les parcs à huîtres où la marée, dont l’étang ne jouit pas, est reproduite pour muscler ces « spéciales » de corde à la coquille rosée, à la chair pleine et légèrement sucrée, prisées par les plus grands restaurants. Sous les voiles de la terrasse, accueilli par Florie et Romain Tarbouriech, un public averti les déguste à cru, juste avant la tapenade, les tielles sétoises (tourtes de poulpe et calamar à la sauce tomate pimentée), les escargots de l’étang, et une excellente « brasucade » de grosses moules charnues (production maison elles aussi) cuites à la plancha… Le vif picpoul-de-pinet Domaine Morin-Langaran et le sorbet au citron bio rafraîchissent, avant un tour des parcs à huîtres en bateau ostréicole, sous le soleil éblouissant…

Le plus locavore : Auberge Paysanne de la Mer
La fleur de sel au fusil, c’est reparti comme en Charente ! En plein « merroir » rétais (terroir iodé) et face à un beau pan de plage entre La Couarde et Saint-Martin, Sophie et Jacky Sury sont de garde dans leur dispensaire de plein air labellisé Accueil Paysan, gage de naturalité et de vente directe. Dans les plateaux, huîtres maison à la coquille vigoureuse et à la chair luisante, sublimes bulots-mayo, palourdes crues, délicates et galocheuses… Le chaud fait dans la seiche de Jérémy (hameçonneur du coin) avec pommes et légumes rissolés, et le fromage, dans la trilogie de biquette bio de Mathias, éleveur-mouleur dans les Deux-Sèvres. Au mouillage, tout le spectre des vins de Ré. On repart de guingois sur la piste cyclable…

Le plus classieux : Le Zaza Club
On y vient à pied ou en yacht. A la belle saison, tout les happy few se retrouvent dans ce « cabanon au bout du monde sur la plage abandonnée » avec un an de plus, les pieds dans le sable et les cheveux au vent, autour du boss, Claude Baco, yeux turquoise et crinière grise. Secondé cette année par Thibaut Simonin. A la carte : charcuteries ibériques, anchois de Cantabrique, rouget, baudroie, viandes siglées… Ou, comme nous ce soir-là, super spaghettis de la mer aux gambas de Palamos, palourdes, moules, coques, étrilles, calamars… cayennisés par une sauce crustacé. ENORME ! A rafraîchir avec un admirable vermentino corse avant d’attaquer la démoniaque tarte Tatin, glace au spéculos et chantilly. A boire aussi : mojitos et vins du Roussillon. Attention : pas de CB !

Le plus teuf-teuf : Rosa Bonheur sur Seine
Descendue de sa guinguette des Buttes-Chaumont, Rosa Bonheur est devenue barge sur Seine. La grande structure vitrée avec vue sur le pont Alexandre-III invite aux tablées pique-niqueuses, aux apéros amoureux et aux grosses teufs bien arrosées… A quai, c’est la terrasse, avec ses hot-dogs et son four à pizzas. A bord, ambiance casse-graine pour oiseaux de jour et de nuit : charcutaille dentelée (lomo, serrano), super petites sardines lisboètes, tarama au corail d’oursin, crème d’artichaut (de Saint-Rémy-de-Provence), sous forme de tapas avec du bon pain, et glaces artisanales Alperel… A becqueter entre deux parties de baby-foot, une coupe de champ’ à la main. Et si ça tangue un peu, ça ne peut être que le roulis du Bonheur !

  • share
Le Fooding’s 2022 Guide is fresh out of the oven!

What’s on the menu this year? A brand-new selection of 200 restaurants, bars and bedrooms across France, articles sprinkled throughout the magazine, the taste of the times distilled down to its purest form in our highly anticipated award’s list and, for the very first time, two new guides to the country’s best stand-out shops and spirited cellars!

2021 Le Fooding guide frontcover
I WANT IT!
About

Le Fooding is a print and digital guide to all the restaurants, chefs, bars, stylish hotels and B&Bs that make up the “taste of the times,” plus an annual awards list for new establishments across France, a series of gastronomic events, tools that allow you to find the best takeaway and delivery options for your neighborhood or make reservations at some fantastic bistros, and an agency specialized in event planning, content production and consulting… In short, something to keep you on your toes at all times!

Fooding® is a registered trademark.