​NOS MEILLEURS SPOTS OÙ CULTIVER L’ART DU PIQUE-NIQUE

C’est sous un pommier que fut théorisée la gravité… et c’est dans des lieux d’art ou aux portes du savoir que vous pourriez succomber à la meilleure tarte aux pommes caramélisées ! Le Fooding et Riccadonna déballent la nappe à carreaux et les meilleures cachettes de musée ou cour d’université, pour pique-niquer bien cultivé·e… Cinq spots au vert où bien se remplir la tête et l’estomac !

Le plus monumental
Sortir son casse-dalle sous un Calder, engloutir un pet-de-nonne face à un Deacon ou se verser un prosecco à côté d’un Picasso : c’est possible dans le parc du LaM, à Villeneuve-d’Ascq. Une gigantesque salle de musée en plein air, peuplée d’oeuvres monumentales, pour digérer après avoir gargantuesquement pique-niqué ! Aux côtés des pièces d’Eugène Dodeigne et de Jean Roulland, on retrouve désormais des chefs-d’oeuvre empruntés au Centre Pompidou, dont Le Chant des Voyelles de Jacques Lipchitz. Et pour les victuailles ? Faites donc un petit crochet par Lille, direction le marché de Wazemmes les mardi, jeudi et dimanche, ou Coffee Makers tous les autres jours.

Le plus terrassant
Au pied d’un interminable escalier comme on n’en trouve qu’à Lyon, campent deux institutions enchâssées : le musée d’histoire de la ville et celui des arts de la marionnette. Une fois l’édifice traversé, vous trouverez un jardin-terrasse confidentiel, qui abrite les esprits fatigués de la cité rhodanienne depuis le XIVe siècle. D’abord un potager-verger cultivé par les familles vivant alentour, il s’est doté au fil des siècles de petites arcades, d’une pergola, et plus récemment, de transats pour siester après avoir gueuletonné. Un spot funambule où balader sa glace artisanale Terre Adélice, fabriquée en Ardèche et dispo en boutique place de la Baleine – à une minute à pied de ces jardins suspendus.

Le plus architectuerie
Joyau d’architecture à la face géométrique et aux murs immaculés, la Villa Noailles illumine Hyères de son aura artistique depuis les années 20. À chaque étage anguleux, on trouve ici une terrasse bien fresquée, là un jardin cubiste, ou là encore, un jardinet emmuré percé de fenêtres naturelles, avec vue en Panavision sur la cité. Avant de s’y rendre, on n’oublie pas de dévaliser les étals du marché paysan, qui prend ses quartiers sur l’avenue Gambetta les mardi et samedi matin. Cerise sur le pano, l’accès à la Villa est totalement gratuit.

Le plus grand art
À droite, l’Institut de France, à gauche, le musée d’Orsay, et droit devant, le Louvre… Bienvenue aux Beaux-Arts de Paris, le temple des artistes ! Où les étudiant·e·s gardent un secret au moins aussi joli que le sourire de Mona Lisa : la cour du Mûrier. Un ancien cloître adossé à la chapelle, qui doit son nom à l’arbre avoisinant la romantique fontaine centrale. Statues grecques, arcades peintes à l’italienne, mosaïques… Cette cour a le chic pour vous faire sentir comme une disciple des plus grands maîtres d’art ! L’endroit parfait pour promener une tranche de pâté croûte ou un friand à la saucisse de La Boucherie Grégoire, par l’artisan-boucher Antonin Bonnet.

Le plus éden au vert
Plutôt jardin à l’anglaise, à la française ou botanique ? Qu’importe, puisque le parc du Thabor, en plein coeur de Rennes, la joue trois-en-un avec ses dix hectares de pure verdure. Un kiosque à la Monnet, des fleurs à gogo et toutes sortes de végétaux dingos peuplent le poumon vert de la ville, qui fut autrefois le potager privé de moines privilégiés. Où conter fleurette en déballant ses emplettes du marché des Lices – le meilleur plan pour choper iodélices, kouign-amann et légumes bio !

Et parce qu’il vaut mieux pique-niquer bien équipée, Riccadonna, la marque de prosecco italien, vous fait gagner un panier en osier garni de bonnes choses : du prosecco à accorder avec des produits chopés chez nos épicierères préférées, des verres ainsi qu’une jolie nappe. Tentez de le remporter par ici !

Photo © Pauline Chatelan


L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.