5 picnic trips dans les vignes

Plus besoin de sauter la grille en treillis camouflage pour pique-niquer sauvage dans les vignes d’un château bordelais. Sans être 100 % open bar, des domaines la jouent portes ouvertes en vous accueillant pour des classe-croûte détendus de la grappe. A suivre donc, les meilleurs spots où poser sa nappe, les mains en oreiller et les pieds de vigne en éventail.


Le plus bobo-aime
Chaque année, Valérie et Philippe, proprios du très cool Château de la Grave, sur les hauteurs de Bourg, sonnent les beaux jours avec des portes ouvertes bien allumées : fanfare qui baroufe dans la vigne, concert punk dans le chai, grosses marrades… Et des pique-niques soignés, avec panier à l’anglaise tout équipé (verres à pied, vaisselle, tire-bouchon) à déballer dans l’herbe entre deux pruniers, cent mètres de sentier plus bas, au pied d’une parcelle de malbec baptisée… les Cerisiers ! Au menu : salade mixte, chorizo doux et jambon cru espagnols du marché de Pessac, grenier médocain tranché minute façon casse-croûte vigneron, fromages d’Auvergne (saint-nectaire, fourme de Rochefort, cantal entre-deux) et salade de fruits de saison. Compter 40 € pour deux personnes.
Pour la soif ? Un vin du domaine inclus dans le panier, trois couleur au choix, dont ce blanc sec Côtes-de-Bourg « Grains Fins » 2016 en assemblage sémillon-colombard, vraie petite bombe de fraîcheur qui sort des sentiers battus.
Le plus ? L’une des trois chambres d’hôtes typées campagne chic, qui permettent de craquer sans limite l’offre récréative : piscine, badminton, ping-pong, literie…
Château de la Grave, 1, lieu-dit La Grave, 33710 Bourg
Et aussi :
Au Château La Rose Bellevue dans le Nord-Blayais : pour un barbecue sur sarments dans un wine garden à la californienne – option réservée aux bons clients. Ou pour un pique-nique fermier, ambiance pétanque et guinguette à sardines au port des Callonges.
Château La Rose Bellevue, 5, lieu-dit Les Mouriers, 33820 Saint-Palais


Le plus taboulé royal
Après une visite en bonne et due forme du Château de La Dauphine, dans la région de Saint-Emilion (son parc, son chai, son potager en permaculture…), direction l’allée bordée de cyprès qui file vers les vignes pour une grimpette en pente douce. Au sommet du coteau, la vue wahou-ramique sur ce splendide château 1750 lové dans un arc de la Dordogne, et ses 53 hectares sous infusion bio-lunaire, confine au fond d’écran ! Là, quand le soleil donne, glissade sous le voile d’ombrage, calage sur les coussins (autour de petites tables d’appoint pour poser les verres), et grand déballage des paniers en osier (28 € par personne) sur la nappe en vichy rouge : charcuteries, fromages, saladier de taboulé, crudités, cakes et tartes salées, fruits de saison de primeurs du Fronsadais, macarons, cannelés…
Pour la soif ? Un Bordeaux Rosé bien frais Château de La Dauphine 2016, tout premier millésime pour ce rosé bio composé à 80 % de merlot et 20 % de cabernet franc. Une friandise en bouche.
Le plus ? La possibilité d’un déj’ plus cadré au bord de la piscine, miroir d’eau digne d’un resort balinais. Au programme : gaspacho, salaisons, club sandwich.
Château de La Dauphine, 10, rue Poitevine, 33126 Fronsac
Et aussi :
Au Château Soutard à Saint-Emilion : pour un pique-nique en roue libre sur 30 hectares de cru classé rive droite, avec flotte de vélos électriques, panier à l’anglaise, porcelaine griffée, menu de chef entrée-plat-dessert, supplément caviar et pétanque au dessert.
Château Soutard, lieu-dit Soutard, 33330 Saint-Emilion


Le plus arbre magique
Dans cette bulle forestière de 24 hectares située aux portes de Villenave-d’Ornon, misez sur le noyer planté à l’ère disco par le grand-père de Stella De Sigoyer-Puel du Château Bardins, plutôt que sur les tables en bois prévues à cet effet. L’ombre est garantie et la biodiversité du sol, sur lequel vous déploierez votre nappe, assurée par un semis fèves-dahlias et de jeunes vignes aux herbes folles. Soit un parfait kif champêtre, à seulement deux pas de la porte sud du domaine, pour un pique-nique fermier (15 € par personne) qui mouille le panier : foie gras et pâté périgourdins, fromage de brebis basque bio de Saint-Just-Ibarre, melon bien frais, fraises de pays, cerises cueillies dans l’allée, noix tombées du ciel…
Pour la soif ? Un joli rosé frais et fruité, ou ce blanc de Pessac-Léognan Château Bardins 2016 en assemblage trois tiers sémillon-sauvignon-muscadelle, un vrai petit miracle d’élégance périurbaine.
Le plus ? L’arrêt de bus Château Bardins (ligne 89) pour un réassort pain de seigle en dix minutes à la boulangerie La Bouille d’Ange (arrêt Lamothe).
Château Bardins, chemin de la Matole, 33140 Cadaujac
Et aussi :
Au Château de Cérons, dans les Graves : pour un pique-nique sur table à l’ombre des magnolias de cette impeccable chartreuse viticole du XVIIIe siècle, avec escargots de Gujan-Mestras, foie gras de la Maison Dubernet, grands vins blancs de Graves et jus Alain Milliat.
Château de Cérons, 1, lieu-dit Latour, 33720 Cérons


Le plus boîtes de jour
D’abord, faites un stop ravito au rayon conserves du Château Lestrille, propriété pop moderne de l’Entre-deux-Mers, où la viticultrice Estelle Roumage tient aussi épicerie. Au choix, parmi une ribambelle de boîtes et bocaux : rillettes à marée haute (crabe au wakamé, ormeaux ail et persil, pétoncles au piment d’Espelette), top poulet en gelée, thon sagarnoa au cidre basque ou sprats fumés à l’huile d’olive (paniers pré-remplis à moins de 10 € par personne avec une bouteille de la patronne !). Ensuite, suivez le plan fourni par la proprio : 3,65 kilomètres de rando à travers les vignes pour déboucher sur une clairière planquée entre sous-bois et rangs de merlot. Le spot nickel pour enlever ses pompes, planter le filet de badminton et compter les points à côté de la glacière ou du panier en pin vendu à la boutique.
Pour la soif ? Du vin d’Estelle, bien sûr ! Comme cet Entre-deux-Mers Château Lestrille Blanc très pêche (5,90 € la bouteille) ou ce Clairet Lestrille Capmartin 2016 (6,50 €) aux rouges arômes deux boules framboise-cassis.
Le plus ? L’indispensable combo canotier-tablier fuchsia aux couleurs du château, pour faire corps avec ses coups de soleil. En stock à la boutique.
Château Lestrille, 15, route de Créon, 33750 Saint-Germain-du-Puch
Et aussi :
Au Château de Bonhoste à Saint-Jean-de-Blaignac : pour nuiter dans un foudre géant baptisé « Métal Glam » et se réveiller au milieu des vignes avec une fringale de chevelu, que seul votre panier pique-nique pourra traiter.
Château de Bonhoste, 33420 Saint-Jean-de-Blaignac


Le plus « fruit style »
A Saint-Christoly-Médoc, port d’estuaire aux airs d’Arkansas-sur-Mer, Gérard Pillaut cultive en lonesome cowboy (avec son cheval de trait) les trois hectares de vignes du Clos de Grange-Vieille. Pour se poser, prendre la route de Breuil jusqu’à cette parcelle de 250 pieds de merlot réservée à son projet d’académie de labour. Un prunier y sert de tuteur à un cep sauvage qui pousse en scred depuis des lustres. Un éden ultra-roots à squatter après une session remplissage de glacière chez les producteurs bio et vertueux du coin : gambas et huîtres de Bertrand Iung à Saint-Vivien ; légumes des Loizeau à Saint-Germain d’Esteuil ; pains et douceurs d’Elodie Aubert ; melons de Cédric Gillet à Gaillan-en-Médoc, etc. Ou tir groupé au marché de Lesparre le samedi matin !
Pour la soif ? Une fois n’est pas coutume, on arrosera d’un Médoc Clos de Grange-Vieille 2014, rouge rond et souple pas franchement sur ses gardes, poussé en biodynamie avec la bénédiction des étoiles.
Le plus ? Le marché de Lesparre-Médoc, encore lui, qui ouvre de jolies perspectives pour accompagner leur rouge : escargots, poulets rôtis, paella, couscous, traiteur grec, etc.
Clos de Grange-Vieille, 2, route de Breuil, 33340 Saint-Christoly-Médoc
Et aussi :
Au Château Croix du Trale, propriété familiale aux portes de Saint-Estèphe : pour une impro à la bonne franquette avec un Haut-Médoc sans élevage bois, deux tréteaux dans le cuvier ou une nappe dans un coin d’herbe face aux vignes. Mais attention, ici on apporte son manger – pique-nique non fourni.
Château Croix du Trale, 4, route du Trale, 33180 Saint-Seurin-de-Cadourne


Dante Nolleau
Photo © Virgile Guinard

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION