A la recherche des meilleurs vins au supermarché

Cas d’école : les invités vont débouler dans 20 minutes et il vous manque une ou deux bouteilles pour viser le sans-faute au dîner. Direction le Monoprix du coin au pas de course, avec en tête les tips avisés de Waiata May Kalma-de Jong, sommelière chez Carbón, pour décrypter sans stresser les étiquettes et les labels du rayon vins.

Le plus bioriginal
Premier stop au rayon rouge avec l’AOC Blaye-Côtes-de-Bordeaux 2014 du Château Les Aubiers, cuvée bio au caractère bien trempé élevé par une famille de vignerons passionnés. Frais, léger, vivant au naseau, long mais pas lourdaud en bouche, ce rouge hors des clous exprime des tanins souples, une belle acidité sous la langue et des épices qui montent au nez après un petit quart d’heure d’ouverture. A boire direct si le rôti est prêt, ou à mettre en pause jusqu’au fromage. Le bon invité surprise pour une soirée entre connaisseurs.

Le plus épicerie fine
Dans le délire tradi ascendant moderne, on fonce sans hésiter sur cette AOC Montagne-Saint-Émilion 2014 du Vieux Château Palon, propriété qui vendange à la main et encuve en tri sélectif. Ça respire le bois vanillé, le cuir et les épices, tiercé caractéristique d’un séjour en barrique. Ça goûte boisé, presque lactique, avec un tabac aux fruits et des tanins qui s’enroulent comme une couette en plumes d’oie. Un vin qui vieillit bien, mais qui peut se boire sans passer par la cave, avec des potes, devant la cheminée, en écoutant du Barry White.

Le plus écolo-geek
Blanc sur rouge, rien ne bouge avec cette AOC Entre-Deux-Mers 2016 du Château Sainte Marie, propriété high-tech en développement durable qui fait péter sa propre station météo, histoire de voir venir les pluies de grenouilles, les ouragans et de prévenir pour mieux guérir. Un blanc sec, droit et frais, sauvignon et sémillon, avec un nez fleur blanche, sureau et peau de citron. En bouche, le sémillon apporte le sel, le caillou et une finale très minérale. Le compagnon idéal des premières huîtres ou de la pêche du jour.

Le plus long à l’allumage
On poursuit sur le fruit avec cette AOC Bordeaux Supérieur 2015 bio de Dauvergne & Ranvier, faiseurs de vins gourmands dans le civil. Dedans ? Des prunes, des mûres, des notes anisées, une finale aux tanins poudrés, pour une cuvée à majorité merlot qui se bonifie direct après l’ouverture. Avec un peu de carafe en plus, les fruits viendront rocker la casbah (figues et dates) et le vin trouvera son équilibre. A mettre dans le Caddie quand on a un agneau au four et qu’on sait patienter sans craquer devant une bouteille ouverte.

Le plus fromage-dessert
Avant passage en caisse, on ajoute dans le Caddie cette AOC Sauternes 2011 du Château l’Ermitage, avec nez satiné, bouche comme du velours sur ton palais et un petit parfum raisin cuit qui câline dans le sens du miam. Un Sauternes typique avec ses fruits jaunes bien confits (pêche, abricot, coing), tenus par une belle acidité et une fraîcheur qui fait l’haleine cool. A boire entre 9 et 11 degrés à l’apéro avec un petit foie gras zonmé ou sur une tarte fine aux poires et au roquefort, pour un joli combo fromage-dessert.

Dante Nolleau
Vidéo © Agathe Pinchon

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE. A CONSOMMER AVEC MODERATION