Les meilleurs plans à trois

Peur de choper une angine blanche au cœur de l’été en fricotant avec une salle surclimatisée ? Sortez plutôt à découvert et chassez les plans à trois en accordant l’art des mets et des vins aux rayons de soleil les plus radieux. A suivre donc, cinq terrasses surex pour cajoler votre triangle amoureux dès que l’envie vous prendra…

Pour un déjeuner au zénith
En plein quartier branché de la Guillotière, devant le Café Sillon de Mathieu Rostaing-Tayard (nouveau boss de la cuisine lyonnaise primé par le Guide Fooding en 2015), les trois tables et six chaises qui font le trottoir tous les midis n’attendent que vous ! Avec le soleil à son zénith, prière d’arriver tôt pour profiter en terrasse de la géniale carte du déjeuner : crème d’asperges vertes glacée, mousserons et amandes en entrée ; magistral onglet de bœuf au barbecue, servi avec pastèque, cerises et échalotes nouvelles en plat ; chèvre frais, sorbet ronce et verveine pour conclure. Jamais en panne d’inspi, la cave recèle aussi de belles surprises, comme le Château La Haie 2014, AOC Blaye-Côtes-de-Bordeaux rouge, en biodynamie, signé François Décombe, tout en souplesse et nuances de violette, nickel pour rester chill quand la pause-déj’ passe sur le gril.
Déjeuner en semaine, de midi à 14h.
Café Sillon, 46, avenue Jean-Jaurès, 69007 Lyon

Pour luncher sur les rails
Orientée à l’est, la terrasse plein soleil du Poinçon, cantine multivitaminée ouverte dans l’ancienne gare de Guéthary, présente quelques avantages incomparables (vue définitive sur l’océan, chouette comptoir en teck face aux rails du TER Aquitaine, chapeaux de paille fournis par la direction…) en plus de servir ses lunchs jusqu’à 15 heures ! Le spot idéal pour kiffer la popote fraîcheur de Paul Dubertrand, comme ce merlu de ligne grillé sur peau, purée de petits pois mentholée, polychromie de carottes et vinaigrette de tomate – ou cette dorade royale à la tahitienne, marinée plusieurs heures dans le citron vert, avec piments oiseau/Espelette et lait de coco. Deux manières (dont la seconde un peu punk) d’accorder une AOC Graves blanc Château de l’Hospital 2013, domaine néoclassique certifié bio, dont les blancs secs et floraux se révèlent ronds comme des melons.
Déjeuner tous les jours (sauf mercredi hors juillet-août), de midi à 15h.
Le Poinçon, 94, rue du Comté de Swiecinski, 64210 Guéthary

Pour décoquiller l’apéro
Parasols vert pistache, ponton, vue sur la dune du Pilat… A la Cabane d’Hortense, cabane à huîtres de standing face à la conche du Mimbeau, une magistrale terrasse pieds-dans-le-sable vous attend tous les jours pour un apéro coquillages, soleil et vin blanc. Ambiancé par Khalid Zamrani, le spot est d’une rare évidence quand on aime les jolies cartes postales : huîtres familiales du banc d’Arguin en trois tailles (petites laiteuses, maousses quatre-saisons…), grosses crevettes roses décortiquées à l’avance, dodus bulots en mayo épicée et ensoleillement optimum à l’heure du goûter (de 16 à 18 heures, avec prolongations toute l’année…). A vivre pleinement avec une AOC Graves blanc Château Graville-Lacoste 2016 d’Hervé Dubourdieu (ou un rosé Château Lauduc 2016 en accord ( r )osé), vin de grande fraîcheur aux jolis arômes exotiques, sans oublier, pour autant, de ramener à la maison sa bourriche d’huîtres de la famille Hortense !
Ouvert tous les jours, de 11h30 à 22h.
La Cabane d’Hortense, rue des Tamaris, 33970 Lège-Cap-Ferret

Pour guincher à Cité-Plage
Cap sur le Paris sans klaxons du tout nouveau quai piéton rive droite (rebaptisé Parc Rives de Seine), où s’est amarrée Maison Maison, l’ultra-mignonette guinguette de l’éditrice du magazine Mint,qui dégaine pour l’occasion rien moins que LA terrasse de l’été : transats de compète, tables en bois, guirlandes lumineuses, vue plagesque sur l’île de la Cité et délicieuses tapassiettes signées par la cheffe Adriana Seghetta, ex-Aux Deux Amis. Pour faire guincher l’apéro, options fraîcheur : top brocciu corse avec courgettes et noisettes, palourdes en escabèche, maigre cru à l’eau de concombre ou joli tartare de bœuf à la sauce cresson. A picorer au soleil avec un Château Massereau 2014, AOC Bordeaux-Supérieur rouge, des frangins Jean-François et Philippe Massereau : un rouge de soif souple et réalisé sans intrants, qui donne de jolies couleurs à l’after-work parisien.
Ouvert tous les jours, de midi à 23h45.
Maison Maison, face au 16, quai du Louvre, 75001 Paris

Pour un dîner Asie-muté !
A 20 heures sonnantes, les derniers bouts de soleil passent en résidence chez Fulgurances, resto-tremplin pour chefaillons ultra-sourcés, promis à un avenir radieux… Avec, pour cette saison printemps-été, la super popote franco-viet’ de Céline Pham (ex-Saturne et Septime) à miamer à la fraîche en mode terrasse-trottoir (trois tables, rue sans histoires) sous les pots de fleurs de la voisine du premier. Repérée dans le menu du soir (46 ou 58 € en cinq ou sept plats) : une pho-lie furieuse de bœuf confit dans son bouillon torride avec nouilles de riz, basilic thaï et parmesan râpé. A mouiller judicieusement d’une AOC Bordeaux-Clairet 2016 du Château Boutinet, chouette propriété au cœur du Fronsadais, qui sort ce 100 % merlot rosé pour les uns, rouge clair pour les autres, surtout très indiqué pour réussir son passage entre chien et loup par un soir bleu d’été.
Dîner du mercredi au vendredi, de 19h30 à 22h.
Fulgurances, 10, rue Alexandre-Dumas, 75011 Paris

Plus de plans à deux, trois, quatre, cinq…

Dante Nolleau
Photo © Virgile Guinard

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION