MEILLEURE TABLE CONFINÉE DE FRANCE : LE PUBLIC A VOTÉ !

« Ma cuisine est une fête, fortement influencée par mes voyages en Asie ; elle existe pour être partagée, célébrée et mise à la portée de tous. L’atmosphère de ma table doit être à l’image de mes plats : généreuse, chaleureuse et invitant à la découverte. 

Après vous avoir révélé mercredi dernier la super cheffe du Prix Fooding de la Meilleure Table confinée de France, il est temps de vous dévoiler le.la gagnant.e du Prix du public ! Vous aviez une semaine pour élire votre candidat.e préféré.e parmi nos cinq short-listé.e.s… Et c’est Noé Lazare qui a remporté vos suffrages ! Confiné à Paris, ce kebabiste de 26 ans vous a conquis.es avec sa table nipponisante et hautement alléchante. Retrouvez ici ses meilleurs menus, sa super recette de ravioles poireau/foie gras, et ses inspi’ !

Son meilleur menu déj’ :
- Entrée : Velouté de céleri-rave au pesto de coriandre
- Plat : Curry japonais, pickles de peau de radis rouge et beurre aux algues nori
- Dessert : gâteau au fromage blanc, orange, noix et safran
- Boissons : gin tonic signé (ingrédients signés Lord of Barbès)

Son meilleur menu dîn’ :
- Entrée : brioche de riz gluant à la patate douce, au confit de canard et aux cacahuètes
- Plat : nouilles soba maison à la poire et au piment, raviolis au kimchi
- Dessert : dorayaki aux pois chiches, glace au sésame noir
- Boissons : bière singapourienne Tiger puis sobacha (infusion au sarrasin)

La recette qu’on rêve tou.te.s d’essayer : les ravioles poireau/fois gras dans un velouté de légumes
Ingrédients (pour 10 ravioles)
2 tranches de foie gras, 1 poireau, 1 topinambour, 1 panais, 1 rutabaga, 1 navet, 1 fane de carotte, 140 g de farine, 50 g de beurre, 10 cl de crème, 1 œuf, thym, laurier, poivre, sel fin, gros sel.
Préparation
- Pâte : mélanger 100 g de farine, l’œuf et une pincée de sel, puis ajouter de l’eau et pétrir jusqu’à obtenir une bonne consistance. Laisser reposer 30min au frais.
- Fondue de poireau : émincer le blanc du poireau. Dans un sautoir, le faire revenir à feu doux dans 10 g de beurre. Couvrir et laisser cuire 5-10 min, puis ajouter la crème et faire cuire 5 min de plus. Saler et poivrer.
- Poireau frit : faire frire le vert du poireau dans de l’huile très chaude. Le disposer sur du papier absorbant et saler.
- Velouté de légumes : nettoyer, éplucher et découper les légumes. Réaliser un bouquet garni avec le thym et le laurier. Verser tous les légumes, le bouquet garni et la fane de carotte dans une casserole, couvrir d’eau (environ 50 cl), ajouter du gros sel et porter à ébullition. Baisser ensuite le feu et laisser mijoter 1 h. Dans une petite casserole, préparer le roux avec les 40 g de farine et les 50 g de beurre restants. Incorporer le bouillon de légumes petit à petit en fouettant, puis ajouter la crème. Rectifier si besoin.
- Confection des ravioles : laminer la pâte (en farinant le dessous pour éviter qu’elle colle) puis découper de grands cercles avec un emporte-pièce ou un verre. Ajouter la fondue de poireau et un petit morceau de foie gras sur la moitié des cercles, puis les sceller avec les autres cercles et un peu d’eau. Faire cuire 2-3 min dans une grande quantité d’eau.
- Dressage : servir 3 ou 4 ravioles par personne, nappés de velouté et décorés d’un peu de vert de poireau frit.

Ses chef.fe.s préféré.e.s ?
- Tou.te.s ces chef.fe.s anonymes qui m’ont régalé lors de mes voyages en me préparant bao dodus, salteñas juteuses, plats de nouilles à tomber, currys inoubliables…
- Taku Sekine, pour la délicatesse de sa cuisine, que l’on sent passionnelle !
- Ma mère, qui m’a fait découvrir tant de produits et de goûts avec sa cuisine colorée et créative.

Ses adresses préf’ ?
- Dong Fa, un resto chinois où l’on trouve les meilleurs nouilles tirées à la main de Belleville.
- La Closerie des Lilas, QG de ma grand-mère, qui restera pour moi un lieu spécial où la magie d’une restauration hors du temps donne un goût si particulier au bœuf tartare et au baba au rhum.
- Le bistrot de l’hôtel L’Océan au Croisic, pour son thon à la plancha, son aile de raie et sa vue sur l’océan.

Ses livres de cuisine préf’ ?
- La Cantine de Minuit d’Abe Yaro, un manga qui rappelle avec tendresse que l’amour de la cuisine vit en chacun de nous, qu’il est fait pour être partagé, et qu’il suffit parfois d’un plat très simple pour vivre le plus intense des moments.
- Une gourmandise de Muriel Barbery, un chant d’amour à la bonne chère et au terroir.
- La Cuisine de référence, qui m’a donné envie de tout connaître et tout apprendre !

Où ira-t-il dîner en priorité avec les 1 000 € du Pass Fooding ?
Cheval d’Or, sans aucune hésitation ! J’en rêve depuis son ouverture, mais n’ai jamais eu l’occasion d’y aller…

Photo © Noé Lazare