Les meilleurs squats à manger

Très propres sur eux et sans punks à chiens, des squats parisiens se font resto et les restos squattent partout… Sous le périph, dans un hôpital abandonné, derrière des tambours de machines à laver… Undergroundelicious ?

Le plus secret
Dans l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul reconverti en îlot citoyen de 4 hectares, l’asso marseillaise Yes We Camp a discrètement posé ses meubles de récup dans une lumineuse salle à manger. Au menu : produits locaux de saison cuisinés sur place, planches de charcutes ou fromages à 4 € (chèvre d’un petit producteur de l’Ariège), sauciflard espagnol à 2,50 € les 5 cm, bières artisanales et vins nature à 2,50 € le ballon et 10 € le pichet ! Le bonus : une super terrasse (photo) !
Lire la chronique ici.

Le plus sauvage
Après avoir fait danser au Poney Club (ex-abattoir chevalin du 15e) et au Pipi Caca (toilettes publiques désaffectées du 10e), Aladdin Charni, serial-squatteur-teufeur, a ouvert en novembre dernier un local bétonné (500 m2 sous le périph) pour faire la nique au gaspillage alimentaire. Dans son Freegan Pony, on soupe à la bougie autour de plats végétariens, mitonnés avec les invendus de Rungis. 2 € le plat, 6,50 € le menu complet.
Résa en ligne ici.

Le plus chic
Quand il ne fait pas de happenings traiteur, notamment pour les Amis du Palais de Tokyo, l’archi-chef Alexandre Rabineau, petit-fils de pâtissier et finaliste du concours Cuisine 2015 des Inrocks, concocte avec sa mie, Stéphanie Mahé, des dîners thématiques arty-design dans son BUMPlab : une table sur résa squattant un cabinet d’archi…
Plus d’infos ici. Inscriptions ici.

Le plus mode
Planqué derrière une porte dérobée, au milieu des machines d’un lavomatic, un vrai bar avec chaises-balançoires, electro-pop bonnarde, mini-fumoir, planches de jambon fermier affiné 16 mois, beurre Bordier, et de quoi se désaltérer : cocktails signatures (9-12 €), bières La Marise pression et bio de Vézelay, pinard nature…
Plus d’infos sur le Prohibition Bar ici.

Tina Meyer

Photo © Tina Meyer