Alessandra Montagne : rien ne se perd, tout se dévore

Pour Alessandra Montagne, l’écoresponsabilité semble aussi naturelle que la respiration : « J’ai grandi dans une ferme de café au Brésil. Il n’y avait pas d’eau courante, on devait la filtrer. Pour avoir de l’eau chaude, il fallait qu’on la chauffe nous-mêmes. Le moindre geste du quotidien demandait de la préparation et des efforts. Naturellement, on apprenait à être économe. » Son travail de cheffe n’est d’ailleurs qu’une nouvelle occasion de mettre à profit son expérience des ressources limitées : « Au restaurant, on ne jette rien. S’il reste des produits à la fin de la semaine, je les distribue à mes employés ou je les donne à des amis chefs. » Un engagement qui ne va pas sans une bonne dose d’entraide : « Durant le confinement, j’ai transformé mon appartement en point relais pour mes producteurs ! Mes voisins pouvaient commander leurs paniers puis les récupérer chez moi. » Soucieuse d’améliorer ses pratiques en cuisine comme dans la vie, Alessandra aime s’habiller chez Vinted, site de vêtements de seconde main, et s’interdit désormais de travailler certains produits qu’elle adore comme l’avocat et l’ananas. La cheffe franco-brésilienne a conscience que son rôle de cuisinière consiste à former les gens au goût et à tout ce que cela implique : « Si on leur donne la possibilité de manger chaque jour sainement, si on leur donne de l’attention et qu’on prend le temps de leur faire comprendre nos engagements, ils n’auront plus envie de junk food ! »

Le message de Nespresso : Avec Nespresso, comme dans les cuisines d’Alessandra Montagne, rien ne se perd. En plus de fabriquer des capsules en aluminum, matériau recyclable à 100 % et à l’infini, Nespresso s’engage dans l’accès au recyclage de ses emballages. Si bien qu’aujourd’hui, plus de 90 % des clients Nespresso ont une solution de recyclage à proximité de leur domicile. Rien ne perd, tout se transforme !

Propos recueillis par Paul-Henry Bizon

Photo © Guillaume Blot