Félix Clerc : un cueilleur dans la ville

En mettant les pieds chez Symbiose et en écoutant le chef Félix Clerc parler de ses producteurs locaux fétiches, « qui sont plus que des fournisseurs, car on s’entraide au quotidien », on comprend vite que pour lui, l’écoresponsabilité commence aussi par la (bonne) débrouille : « A part pour la démolition de la verrière, on a tout fait nous-mêmes dans le restaurant, posé le carrelage, gratté les lambris, refait les joints des murs, retapé le mobilier… » Depuis l’ouverture en décembre 2015, le jeune homme passe son temps à chercher de nouvelles idées : « Un jour, mon associé Lucas m’a appris qu’on pouvait disposer d’un terrain dans les Landes. On a décidé de créer un potager en permaculture pour les aromates. Genièvre, shiso, coriandre vietnamienne, basilic pourpre… Ces herbes viennent allumer ma cuisine déjà très végétale ainsi que les cocktails. » A titre perso, ce Breton confesse une préférence pour la capucine qu’il a redécouverte et dont il ne jette rien : « On n’utilise habituellement que la fleur, alors qu’on peut faire une huile géniale avec les racines et les tiges. » Un goût pour les plantes qui ne date pas d’hier. Depuis son enfance, inspiré par une mère férue d’éco-conception et d’espaces végétalisés, il avoue préférer regarder le sol plutôt que le ciel : « J’adore la cueillette. Même en ville, il m’arrive de croquer des feuilles d’oxalis qui poussent entre deux pierres ! »

Le message de Nespresso : Nespresso partage les convictions de Félix Clerc et ne considère pas que ses producteurs sont de simples fournisseurs, mais des partenaires qu’il est important de soutenir pour assurer une culture de qualité et durable qui soit transmise de génération en génération. Nespresso aide 110 000 fermiers partenaires à vivre de leur café de manière stable et pérenne grâce à l’accompagnement de 400 agronomes sur le terrain, en leur permettant nottament d’adopter des pratiques agricoles durables ou encore en aidant à la transition vers l’agriculture biologique. Protéger les caféiculteurs pour pérenniser les cultures !

Propos recueillis par Paul-Henry Bizon
Photo © Benoit Guenot