Grazie

Derrière le comptoir de la trattoria brooklynite de Julien Cohen (plafond étamé, bois sombre, grands panneaux en métal épelant « Amor »), le patchwork des bouteilles de marque a disparu. A la place, un orgue ambré de flacons uniformément libellés Grazie donne des airs d’apothicaire au barman. Car ici, outre…

Lire la suite »