Les meilleurs baise & breakfast pour la Saint-Valentin

Roucouler au-dessus d’un quasi de veau aux poireaux fumés, ça va cinq minutes… Inutile de se voiler la fesse : pour célébrer l’Amour, rien de mieux qu’un lit pas trop douillet… Revue de chambrettes coquettes et coquinettes.

La plus ego-sexe
Une suite immaculée, un lit rond, une tablette servant à se filmer et onze (!) écrans pour y projeter les vidéos de vos ébats. La suite Diapositive est idéale pour une nuit placée sous le tag #amateur. Et même si ce qui se passe au Déclic reste au Déclic, n’oubliez pas d’effacer le fichier le lendemain matin…

La plus jet-sex
Un immense chalet, lambrissé du sol au plafond, où crépite un grand feu de cheminée devant un tapis de peau, un seau à champagne et une baignoire, avec vue sur les Alpes… James Bond et l’agent Natacha n’étant pas libres ce soir, votre mission, si vous l’acceptez : les remplacer dans cette incroyable suite Aravis du Chalet 1864, le temps d’une nuitée.

La plus apollonisiaque
Une ancienne maison close qui ouvre bien des possibilités. Les chambres de la Maison Souquet, décorées par Jacques Garcia avec force velours et pampilles, distillent une ambiance de bordel Belle Epoque, où Bonello pourrait tourner la suite de L’Apollonide. N’oubliez pas de réserver le « salon d’eau » pour y nager en couple (et sans maillot).

La plus sex-toï
Niet, ce n’est pas la steppe de Sibérie qui s’étend sous vos fenêtres mais les courbes de l’Aubrac. On pourrait se méprendre tant L’Annexe évoque une isba (de luxe) avec cheminée, fourrures sur les lits et bouleau omniprésent. Mais avant d’adopter le style Tols-toy, aiguisez vos sens dans les baignoires jumelles de la suite Aubrac (photo).

La plus porno-graphique
Moquette ras les vulves, clichés arty chauds et douche double… Les grandes chambres du Grand Amour transpirent le sexy cool. En tout bien tout honneur évidemment, rue de la Fidélité oblige…

La plus Histoire d’O
Partir à la mer pour la Saint-Valentin ? Evidemment ! Déjà, pour les huîtres aphrodisiaques. Ensuite pour le Castelbrac, luxueux hôtel d’inspiration années 1930 accroché à la falaise. Là-haut perchés, immergés dans les eaux torrides de votre baignoire avec vue sur la baie (dans les chambres 1 et 19), vous aurez la sensation – rare en février – de faire l’amour dans Saint-Malo à marée haute…

Antoine Besse

Photo © Maurice Subervie