Un ‘dwich qui compte tripes !

En attendant le retour des plats au comptoir de Dilia, l’habile Michele Farnesi met toute sa delicatezza dans des sandwichs cousus main. Ce midi-là, à la porte de sa bistrattoria, on chopa un casse-dalle impérial à base de tripes à la romaine, enrobées d’une dinguerie de sauce tomate et de feuilles de menthe, sous des froufrous de pecorino… Par beau temps, pour l’avaler tout entier, comptez douze minutes (d’extase !) sur les marches de l’église voisine. Et pour les phobiques des abats, pas de problème ! Les sandwichs maquereau-asperges-ponzu et porchetta-trévise-parmesan, ou encore la pizza fritta asperges-ricotta-citron, sont tout aussi dingues. À compléter, si besoin, d’un cookie choco en provenance du Café Mirabelle. // Aïtor Alfonso

POUR LA SOIF ? Toujours au frais, des bières Deck & Donohue en bouteille, un chenin de soif du Domaine Grosbois ou un rouge piémontaiscroquant de Walter Massa.

INFOS PRATIQUES : Rendez-vous sur Plat de Résistance !, entrez votre adresse de destination ou géolocalisez-vous, et voyez si Dilia sort dans la liste des bonnes adresses voisines et résistantes.