Goûtez le K-pop-up à la maison !

En attendant le retour des serviettes amidonnées chez Quinsou, Antonin Bonnet (Meilleur chef résistant Guide 2021) sort la nappe cirée le temps d’un pop-up street-coréen : Mamibaba. Un « pseudoo » plus doux qu’un mandoo qui cache un menu conforme à la réputation de la maison – et le surnom de son épouse Jina. Ce soir-là, pour nous, livrés en vélo cargo, un tartare de bœuf carrément frais, huile de sésame, shiso et poire nashi compris, une salade de bulots forte en gueule, hyper-relevée avec ses nouilles coréennes de feu, ou encore une soupe de ravioles au porc et bœuf de la Boucherie Grégoire, avec kimchi maison et petit bouillon de volaille bien soja-saucé. De quoi s’aiguiser les papilles avec un furieux bossam – superposition d’une épaisse tranche de porc confite en provenance de la ferme de la Gruzardière, d’une huître d’Artouan grassement iodée, de tofu vapeur et de radis bien hot, le tout drapé dans une feuille de laitue doublée de shiso vert. Coréano-décadent ! // Elisabeth Debourse 

POUR LA SOIF ? Pet’ nat’ ligérien de Jonathan Maunoury, aligoté du Domaine des Rouges-Queues ou mondeuse Premier Vol d’Antoine Petitprez côté raisins, bière de la maison côté houblon, et deux boissons vivantes pour changer de l’eau plate.

INFOS PRATIQUES : Rendez-vous sur Plat de Résistance !, entrez votre adresse de destination ou géolocalisez-vous, et voyez si Mamibaba sort dans la liste des bonnes adresses voisines et résistantes.

Photo © Antonin Bonnet