La crème de la crème

Et les meilleures tables de l’année sont…

Un Meilleur country pub, une Meilleure glutennerie, deux Fooding d’amour (!) et, au sommet, LA table… Au total, quinze adresses et leurs équipes ont brillé sur le dancefloor et sous les projos du Duplex, pour la cérémonie des prix du guide Fooding 2023.

  • Date de publication
  • par
    Le Fooding
  • partager

Le Doyenné a été sacré Meilleure table 2023.

© Cha Gonzalez

Après avoir avalé toute l’année des kilomètres à la recherche des dernières pépites à boire et à manger de l’Hexagone, le Fooding a sacré ses primés par l’entremise de Younès Boucif, acteur-rappeur-grailleur au grand cœur. Une soirée lumineuse sous le signe des faims de nuit, qui a conjugué fricots, mixo et disco… pour des lendemains qui mangent !

Meilleure table : Le Doyenné, Saint-Vrain

Au vert et contre tout, les brillants chefs aussies James Edward Henry et Shaun Kelly récoltent enfin le fruit de plusieurs années de labeur au potager de la ferme Le Doyenné. Et flattent désormais, en pleine Essonne agricole, leur remarquable production sous une monumentale charpente encadrée par une rutilante verrière.

Fooding d’amour : Oiseau Oiseau, Préaux-du-Perche

Cocorico ! Sven Chartier, le prodigieux chef de feu Saturne, s’est définitivement envolé de la capitale pour faire son nid dans le Perche. Où il a pondu Oiseau Oiseau avec son inséparable Marianne, une table alimentée par leur potager et les producteur·rice·s alentour, et le parfait service de son frère Nils.

Fooding d’amour : Jones, Paris

La recette de Jones pour continuer de peser dans le game malgré les années ? Réinventer ses fourneaux au gré des toqu(ad)es… Cette fois, le radieux rade de Florent Ciccoli s’encanaille avec l’italo-cuistot Riccardo Ferrante et le maître-jajas Damien Lacour, qui mettent leurs tripes et quelques billes dans l’affaire.

Meilleur country pub : The Presbytère, Heugueville-sur-Sienne

Ça s’encanaille de l’autre côté du portail ! Après avoir converti Paris à la néocuisine british, Edward Delling-Williams se retrousse désormais la Manche dans une auguste bâtisse du Cotentin qui accueillait jadis le clergé du coin. Soit une imposante gastro-gargote au minimalisme monacal, où il communie avec d’exquis produits sous bande-son garage.

Meilleur esprit d’équipe : Restaurant L’Idéal, Marseille

Alcôves, plafond poutré, tables nappées… La néotaverne de Julia Sammut, postée juste en face de sa géniale Épicerie L’Idéal, caresse la faune marseillaise dans le sens de la Botte ! Du trattoriesque jusque dans les créas du chef Aurélien Baron, convoyées par l’impeccable Jérémy Nguyen.

Meilleur café de village : Jour de Fête, Valennes

Grosse sensation à Valennes, petit bourg du Perche sarthois : un cool resto-épicerie-boulangerie, imaginé par Raphaële Yon-Araud, où tout est maison et bio, à commencer par la verdure choyée par sa fille Maud. Pour mettre en musique ? C’est Adèle, la sœur de Maud, qui s’y colle, relayée en salle par Étienne Legrand.

Meilleure glutennerie : Maison Arlot Cheng, Nantes

À l’ombre des Machines de l’île, Chin-Jy Cheng et Pierre- Antoine Arlot reçoivent toute la journée sans se lasser dans leur lumineuse Maison. La mise ? Un espace boulange alignant les meilleures miches de la ville, exposées sur un comptoir filant, et un coin cantine où la cheffe Louise Dumas met en orbite l’ordinaire nantais.

Meilleur sophistroquet : Regain, Marseille

Regain d’espoir kiffatoire au Camas, avec le super repaire des copains Sarah Chougnet-Strudel (aux fourneaux) et Lucien Salomon (aux goulots). Une coquette tanière exhibant des murs vert sapin, un comptoir bois-zinc et une cour arborée, où la cheffe envoie des assiettes fortiches qui donnent envie de balancer des pourliches.

Meilleur frit style : Reyna, Paris

La cuisine philippine siège en majesté à la cour de Reyna ! La cheffe Erica Paredes a installé son micro-château manillais dans un ancien troquet en croûte, ripoliné comme un boudoir partagé par Marie-Antoinette et une startup de la Silicon Valley (béton brut, murs rose poudré, banquettes sucrées), pour un régal royal.

Meilleur bistrot : Bistrot des Tournelles, Paris

À l’ancienne ! Édouard Vermynck entretient une délicieuse nostalgie bistrotière dans ce rétroquet coincé entre les places des Vosges et de la Bastille (carrelage cimenté, comptoir en marbre, caisse enregistreuse centenaire), où s’envoyer les plats fantastiquement tradis de Geoffroy Langella.

Meilleure buvette : Ritournelle, Dinard

Face à l’une des plages de Dinard, les braqueurs de quilles Miléna Cugny et Benjamin Joinville en ont pris pour dix piges dans l’ancienne maison à colombages du gardien du parc de Port-Breton, dont ils ont endossé la concession. Résultat ? Un barav’ à l’immense terrasse et caveranda, où prendre un bon coup de jus.

Meilleur antidépresseur : Soces, Paris

Vous reprendrez bien un peu de mer ? Sur les hauteurs de Belleville, le riant cap’tain Kevin Deulio a accosté Soces, chic cambuse à moulures, parquet patiné et cuisine-verrière, où le chef Marius de Ponfilly fricote avec tout ce qui lui passe sous la main : poiscaille, crustacés, coquillages et oursins.

Meilleure cave à manger : Chéri Bibi, Biarritz

C’est toujours l’amour chez Chéri Bibi, gargote en or massif bichonnée autrefois par Fanny et François Lemarié, désormais sous la coupe de la tire-bouchonneuse Augustine You et du cuisinier Adrien Witte. Lesquels enjaillent leur monde avec des vins plus vrais que nature, et des assiettes bourrées de bons produits de la baie.

Meilleur petit luxe : Le Bistrot de Cancale, Cancale

Le clan Roellinger étend ses filets dans la baie de Cancale ! Amarré à la plage de Port-Mer, point de rafiot mais un bistrot aux accents Art déco signé Christophe Bachmann, flanqué d’une terrasse très classe où grailler les plats de Maxime Belloir servis par Chloé Guillemois – tous deux échappés du Coquillage.

Meilleur lèche-doigts : Yegg, Perpignan

De la street food qui décoiffe ! Installé·e à un bout de comptoir ou sur un mange-debout à l’extérieur, on cède à une déferlante de burgers si régressifs qu’on s’en lèche les doigts jusqu’à plus faim. Des créations phosphorées par Alexandre Domerg et Thibault Reverdy qui renouvellent le genre, soigneusement colportées par leur complice Eva Fèvre.

 

Tout ça vous a ouvert l’appétit ? Shoppez votre guide Fooding 2023 et ses 500 adresses à travers toute la France juste ici !

  • partager

Une faim de nuit ?

Le guide Fooding 2023 met ses habits de lumière pour vous déballer un brillant concentré de toutes les nouveautés de l’année : 500 restaurants, bars, chambres, commerces et caves partout en France ; un palmarès très attendu ; et une partie magazine toujours plus éclairante ! Soit, une édition XXLuxe inégalée de 228 pages, illustrée par la crème de la crème des artistes émergent·e·s.

Couverture du guide 2021.
JE LE VEUX !

À propos

Le Fooding est un guide indépendant de restaurants, chambres, bars, caves et commerces qui font et défont le « goût de l’époque ». Mais pas que ! C’est aussi un magazine où food et société s’installent à la même table, un palmarès annuel toujours très attendu, des événements gastronokifs, une agence événementielle, consulting et contenus qui a plus d’un tour dans son sac de courses… Bref, tout pour faire son intéressant !

Fooding® est une marque déposée.